La crise, nous la connaissons depuis 15 mois. Elle touche l'essentiel chez les gens ici. Les demandes d’aide les plus courantes sont pour l'électricité, la nourriture, la scolarité des enfants etc... Tout a augmenté de manière exponentielle, sauf les salaires. Notre diocèse est en faillite grave...cela pèse sur nos décisions...

Du coup la crise que vous connaissez devrait nous ébranler de manière encore plus grave, certains des "robinets" de fonds ou de donateurs européens étant en stand bye... Or l’économie est dépendante de l’occident pour des tas de structures communautaires importantes qui favoriseraient son développement (routes, bâtiments, structures énergétiques). Si cette crise perdure, les inégalités vont devenir de plus en plus infamantes. Ce qui est en jeu ce n’est pas la stabilité financière mais la paix.

Au delà de ce pessimisme terrible il y a chez les gens d'ici une espérance hallucinante qui s'adapte à toute chose. Cela ne favorise pas le rationalisme mais donne de l'espoir pour que l'écroulement des économies occidentales qui se dessine ne nous affecte pas dans les mêmes proportions.

Quand on n'a plus rien, tout perdre est moins grave que quand on a encore quelque chose. C'est notre raison d'espérer.