Les chefferies :

chefferie_et_foret_sacree.jpg Les villages de ce coin du pays sont gouvernés par des chefferies traditionnelles. C’est une organisation sociale qui repose à la fois sur une autorité morale, celle du chef ou du roi, et politique, celle de ses conseillers et de l’administration. Elles se déroulent sur des lieux de paroles et d’échanges très typiques avec des tenues significatives et des rites d’initiations particuliers.

Chaque chefferie possède donc son « Agora » plus ou moins riche et touristique, son musée de vêtements et objets traditionnels, dont l’usage a encore cours dans les cérémonies.

Au pays des musulmans : La religion musulmane domine ici ; donc, à la place des petites églises de campagne on a des petites mosquées de campagne… C’est étrange et rigolo. Les rapports entre communautés religieuses ne sont pas violents. Nous avons même rencontré quelques personnalités musulmanes très ouvertes. La culture d’ici ne nie pas du tout l’existence de Dieu comme les mauvais laïcs de chez nous. Les rapports ne sont donc pas gâchés par la peur de l’autre (sauf évidemment avec les sectes) mais par un vrai respect.

Chacun est « homme de Dieu » avec ses convictions. Nous, français si fiers de nos « libertés religieuses », nous aurions à apprendre de ce laïcisme-là !!!

Nuit de noël chez les cisterciens et jour de Noël au village : L’avantage de ne plus être curé de paroisse et de ne pas avoir de charge pastorale locale est que l’on peut aller voir chez les autres comment ils font. Nous avons fait les deux extrêmes : d’abord la nuit monastique cistercienne avec des mélodies portant la présence silencieuse et fidèle des frères, puis le lendemain nous avons rejoint l’église en construction d’un village.

Tous étaient là, 40 enfants surveillés par un catéchiste, les papas, les mamans, les anciens, les catéchumènes. Chacun habillé avec de superbe pagne de circonstance. Dans une crèche, disparate et pas finie comme l’église qui nous abritait, faite de bric et de broc, l’enfant Jésus était représenté par une poupée de sexe féminin aux dimensions disproportionnées. Mais en dehors de l’exotisme climatique (pas de froid, ni de neige !) je n’ai pas vu de tradition typique.

Voir la vidéo de la messe de Noël dans l'est du Cameroun