La misère que j'approche chaque jour un peu plus est impressionnante... c'est une leçon d'humanité de voir ces hommes et ces femmes garder leur dignité avec si peu de moyen et un avenir incertain. Nous sommes vraiment des gros nantis...

Ici c'est la crise depuis de 8 mois, les augmentations touchent les produits de consommation basiques ; les salaires ne sont plus versés dans bien des cas. L’emprunt non remboursé est un fléau qui ruine l’économie presque autant que la corruption. Voilà le tableau ; Je confirme de plus en plus mon analyse internationale. Les exigences du confort occidental vérolent complètement les économies déjà exsangues des pays pauvres. C'est peut-être basique comme réflexion mais je n'en vois pas d'autres...

direction_Yaounde.JPG Je visite en ce moment un jeune, paralysé depuis 8 ans, à cause d'un accident de foot. Personne ne peut lui faire de soin (trop cher), le nourrir (il ne rapporte rien), ni s'occuper de lui. Il vit donc dans un des quartiers de Yaoundé en terre battu dans une maison en torchis mal aérée, avec comme toit une tôle ondulée qui décuple la température quand le soleil tape et le bruit quand les pluies diluviennes tombent !!!! Sa seule joie c'est de pouvoir mouvoir ses trois doigts encore valides pour regarder la TV quand quelqu’un lui a payé la redevance...

Face à cette crise on ne parle pas encore d'émeute... (il y en a eu il y a 6 mois à Douala et en Conakry chez les frères) mais le climat est tendu, les agressions sauvages et de plus en plus fréquentes en ville. Nous sommes encore très protégés au prieuré et au collège (une de nos préoccupations du moment c'est de trouver un projecteur vidéo pour passer des films éducatifs aux enfants et aux internes : donc il y a plus grave comme souci)....

Nous sommes privilégiés au collège, les inégalités sont pourtant grandes. Nous constatons que certains enfants ne mangent pas toujours assez à midi pour avoir l’argent pour retourner chez eux en transport en commun (taxi), et dans le même temps d'autres fêtent leur anniversaire en classe pour leurs camarades avec l’équivalent du salaire de certains papas...