La misère est assez visible mais l'espérance est à la mesure de leur pauvreté. Peu de choses semblent atteindre le moral d'un camerounais... Du coup, au niveau personnel, elle ne s'affiche pas comme telle. Ce que l'on voit, ce sont des conditions de vie difficiles surtout dans la ville. C’est aussi un défi à relever : comment permettre un partage sans abîmer encore plus une économie fragilisée par la corruption et l'absence de marché du travail.

Echoppes du marché central à Yaoundé Echoppes du marché central à Yaoundé

Au collège, les inégalités sont criantes car nous accueillons à parts égales les deux extrêmes de la vie sociale. Nous avons plein de fils de ministres ou d’exploitants de matières premières qui cohabitent avec des camarades dont les parents ne savent pas comment nourrir leur famille avec l’augmentation des aliments de première nécessité.

L'autre jour un enfant a voulu fêter son anniversaire avec ses camardes de classe ; ses parents ont dû dépenser à cette occasion autant que le salaire mensuel d’un papa de certains élèves de la classe...