Un enfer quoi !! J'ai effectivement peu de temps pour souffler. Je m'apprête à recevoir ce lundi les 2600 élèves ; Comme je suis préfet du cycle d’observation, je dois gérer les 700 sixièmes cinquièmes (liste de classe, accueil, répartition des salles...).

Bon, cette rentrée s'est passée sur les chapeaux de roue. Je l'avoue bien humblement, j’ai été un peu dépassé. Le premier jour j'ai dû faire la morale aux petits sixièmes qui venaient d'arriver. Ils sont vraiment tout petits car les parents mettent un point d'honneur à les inscrire le plus jeune possible à l’école. Les premiers ont 9-10 ans... en bout de chaîne il n’est pas rare de voir des ados de 15 ans à l’université… La dernière petite que j'ai acceptée avait encore sa poupée dans les bras... Bon, "on va le faire" (comme on dit ici). Face au 350 sixièmes, j’ai repensé avec nostalgie au doux temps où je retrouvais les 20 CM1 dans l'église pour introduire la catéchèse, ce n'est pas vraiment la même chose....Je ne leur ai pas dit de se "sortir les doigts", car cela ne convient pas à ma fonction, mais c'était bien le sens de mon propos...

Collège Vogt Une rentrée au collège Vogt

L'ambiance avec le corps enseignant et administratif est bonne, les profs sont sympas, mais c'est normal aussi car c'est moi le DRH et je suis censé à la fin du trimestre leur verser une prime s’ils ont bien travaillé. Du coup ils m'aiment bien...

Je plonge toute la journée mon nez dans des fichiers informatiques et je ne vois pas beaucoup le jour ni les enfants en plus j'ai même réussi à chopper la crève... Mon premier WE de libre pour visiter la ville et connaître le pays s'est passé au lit. Ce n’était pas le palud et le lundi 7h j’étais d’attaque pour mon premier rassemblement : parler devant 2600 élèves. J’ai vu plus de noms sur un fichier que les élèves eux-mêmes… C'est un peu frustrant, j'espère pouvoir prochainement faire des petits tours dans la ville, histoire d'apprivoiser leur milieu de vie ; je vous raconterai.