La situation n’est pas simple mais les camerounais ont une Foi étonnante et joyeuse. Nombre d'entre eux vivent encore en famille, quelquefois blessée ou en prise au manque de moyens financiers. La condition de la femme est très inconfortable, en particulier à cause de la polygamie, ou des enfants nés hors-mariage qu’elles assument. Elles ont un courage incroyable pour maintenir le tissu de leur famille élargie.

Le contexte de superstition (ici on dit "mystique") fait beaucoup de dégâts, on va assez facilement voir le marabout dès que surgit un problème ! le résultat est catastrophique car chacun vit avec la peur de son geste (réel ou imaginaire) et il s’installe une fatalité contraire à la Foi et peu propice à l’édification sociale et économique d’un peuple.

Les frères ont beaucoup de demandes apostoliques. La priorité c’est le collège mais nous avons un frère qui parcoure le pays avec des méthodes d'Evangélisation de masse, (type mission paroissiale) Il réunit plusieurs centaines de personnes à chaque rencontre et donne à chacun un regard nouveau sur la pratique religieuse, qui passe par l'adoration, le service aux autres et l'engagement communautaire.

C’est vraiment merveilleux de constater une telle soif présente partout. Lorsque je rentre fatigué au prieuré après une journée au collège, je trouve souvent deux ou trois jeunes qui demandent une confession ou un entretien spirituel. Je vous avoue que je bougonne intérieurement, et puis je repense à la joie que ces rencontres me procuraient et à leur trop petit nombre en France et donc j’essaie d’y répondre.

l'accueil du prieuré à Yaoundé L'accueil du prieuré à Yaoundé

J’ai pu rentrer dans certaines maisons souvent recouvertes de pan de bois ou en béton grossier... mais ce n'est pas pour faire typique ou moderne ; les travaux, la plupart du temps, ont du être stoppés faute de moyens. En attendant des jours meilleurs, la famille habite la structure inachevée. Tout est ouvert, il n’y a pas besoin de carreau car la température ne descend pas en dessous de 20° ! Par contre il faut s’abriter contre la pluie qui peut être très abondante. Le mobilier est plutôt imposant et fonctionnel. Le Cameroun est un pays exportateur de bois. Cela donne lieu à des rencontres surprenantes sur de petites routes : d’énormes camions transportant jusqu’à 8 ou 10 grumes et roulant à vive allure. Les Camerounais fournissent et assemblent les meubles dans beaucoup de pays... C'est du travail mastoc qui n’est donc pas forcement très joli ... Les fruits des arbres sont abondants, très colorés et goûteux. Je mange des papayes, des mangues et surtout des bananes superbes et excellentes !

La pratique religieuse est très communautaire et encore nombreuse mais on se dit que, si on ne responsabilise pas les cœurs et le intelligences, tout ceci pourrait bien vite s'écrouler. Les gens assistent beaucoup plus qu'ils ne participent à la messe. Heureusement, au collège le travail des frères se ressent très fort et les personnes sont très engagées dans des mouvements d'action catholique très vivants.

Voilà le climat ne m'a pas encore assommé... La France, Cherves, ses douceurs et ses habitants me manquent quelquefois mais le travail me fait vite passer la nostalgie. J'ai choppé la crève (pas le palud) du coup je suis resté couché tout un week-end… super !