La vie de frère Arnaud au Cameroun

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 16 mai 2009

Comment ont été perçu les évènements médiatiques d’occident ?

Avec retard… et désolation.

La France a vraiment été victime d’une opération occidentale commerciale de grande envergure qui a provoqué un lynchage médiatique. Mais paradoxalement ces évènements, qui ont fait grand bruit, ont confirmé ce que mon ministère en paroisse dans le diocèse d’Angoulême, près de Cognac, m‘avait appris. L’Eglise de France est forte d’hommes et de femmes qui sont encore intéressés par le message de l’Evangile. Toutes ces réactions, mêmes celles qui ont été dures ou violentes, montrent que le vrai message de l’Evangile est attendu. Il y a des incompréhensions c’est sûr. Leur mode d’expression est significatif d’une fidélité au message d’Amour et de Benoit_XVI.jpg Vérité que porte l’Eglise beaucoup plus qu’à des règles générales du type yaka faukon. Nos églises ne sont peut-être pas aussi remplies qu’ici au Cameroun, mais l’Eglise qui est en France est portée par une diversité de personnes qui donnent plein d’espérance. Y aurait-il eu tant de débats si l’Eglise de France était morte comme on nous le chante si souvent ? Tous ceci dessine un chemin, une recherche, non pas d’une exigence froide mais d’une compréhension attentive des besoins de tout homme.

Si on culpabilise chacun, ce qu’a fait la presse en désignant indûment Benoit XVI, on nourrit un cercle vicieux de haine qui engendre les extrémismes de tous bords, athées comme intégristes. On oublie que la cause de ces discussions de rhéteur c’est une maladie qui touche des personnes dont peu ne veulent prendre en charge la détresse concrète. Les recouvrir de latex n’est pas la bonne solution… l’Eglise sur le terrain l’a bien compris… faut-il rappeler que c’est une des organisations la plus présente face à cette endémie…

Ce qui prime, c'est l'attention à ceux qui souffrent et qui meurent, pas les règles générales. Il faut avant tout de la compassion et de la compréhension, et pas un jugement. Benoit XVI dans son discours ne faisait pas autre chose en appelant à la responsabilité et à l'éducation. On ne résout rien en opposant dialectiquement les idées des uns et des autres, l’Eglise ne combat pas le monde, elle cherche à le qualifier par l’engagement unique de ses baptisés.

Benoit_XVI_et_Paul_Biya.jpg C’est cette source, puisée dans la Parole de Dieu, qui peut générer l’aventure chrétienne dont le Cameroun a besoin aujourd’hui (l’Evangélisation de ce pays n’a que 120 ans !). La morale ne peut se comprendre que dans l’expérience d’une rencontre sinon elle devient cette exigence stérile de justification qui a prévalu suite à la scholastique du début du XX° et combattue par le concile Vatican II. Nos communautés en Europe, appauvries, sont le fruit, entre autres, d’une telle conscientisation fausse. Nous vivons dans des sociétés qui souffrent à cause d’une surprotection. Cela empêche l’homme de prendre la mesure du face à face avec la réalité ; il cherche alors à la fuir dans des pis-aller techniques. Ce que vous avez subi est une caricature du message évangélique.

Vu du Cameroun la problématique étriquée des revues de presse française en a abasourdi plus d’un. Le Camerounais sait que la vie n’est pas d’abord un problème de mécanique ou de technique, c’est ce bon sens qui manque aujourd’hui à l’occident et à la France en particulier. Mais beaucoup des catholiques que j’ai joint par téléphone sont lucides sur les enjeux. Leur souci est réel et sera sans doute la réponse la plus manifeste à tout ce déballage verbal qui passera.

lundi 11 mai 2009

Yaounde fait peau presque neuve

Beau Séjour du pape ici. Comme d'habitude que du merveilleux.

Tous les instants furent marqués par la joie et la qualité du moment vécu... Beaucoup de sérénité malgré les quelques aléas inévitables à toute organisation de cette dimension dans un pays comme celui-là...

Beaucoup d'échoppes furent rasées dans la ville et de bâtisses de bois détruites afin que les médias plus encore que le Pape ne trouvent rien à redire, ni à photographier. Eglises, bâtiments officiels, trottoirs, murs de clôture, chacun reçu son pot de peinture ou son bulldozer pour faire propre au moins le temps du passage des journalistes. Cela frisait le ridicule mais bon il y avait une bonne intention...

lundi 4 mai 2009

Une présence sanctifiante au cœur du collège ! Les reliques de sainte Thérèse de Lisieux.

Cette journée sera peu ordinaire malgré le déroulement normal des cours. Tout change vers 10h30 lorsque les surveillants annoncent un rassemblement exceptionnel à 11h15.

Dès la sonnerie, tous les élèves se retrouvent dans la grande cour. Vers le bureau du Principal, on remarque une agitation inhabituelle avec la présence de quelques personnes étrangères. Au bout d'un instant, on voit s'ébranler une grande escorte : Frères et soeurs de la communauté Saint Jean, le personnel et le Père Principal, les hôtesses, les élèves, les parents et quelques curieux. la fanfare, les chants et les pas de danse rythment cette marche solennelle.

On lisait une joie collective sur les visages de tous ! Même le soleil caniculaire du milieu du jour venait participer à notre volonté à tous d'offrir un accueil des plus chaleureux à cette sainte dont le seul projet de vie était de se laisser consumer par l'amour du Seigneur !

Après avoir exprimé notre grande joie avec la remise des bouquets de fleurs par des élèves, le principal au nom de toute la communauté vogtoise, adressait le mot de bienvenue à Sainte Thérèse, aux amis de Thérèse et aux accompagnateurs des reliques. La chorale, par des voix angéliques, nous entraînait avec des chants de louange à une action de grâce à Dieu pour cette sainte et docteur de l'Eglise qui est un exemple pour nous les jeunes. StTheresereliques.jpg

Les amis de Thérèse, par la voix de pierre AGUILAR, se son adressés à tous les jeunes pour expliquer le sens de cette cérémonie, la nécessité d'une communion dans la prière, malgré la diversité des religions dans le collège et surtout l'assurance de la présence de Sainte Thérèse au coeur même de nos vies. Il suffit de l'inviter ! « Les reliques de Thérèse partiront du Cameroun, mais elle restera avec nous ». Cette exhortation s'achèvera par un chant de Thérèse interprété par la sublime voix d'une amie de Thérèse.

D'un seul coeur et dans la diversité de nos langues, une prière universelle sera dite en français, en anglais, en bassê en bamiléké, en éton et en allemand. Elle s'achèvera par une prière de consécration dans laquelle nous confions tous nos vies au Seigneur.

Le temps de la grande pause et la chapelle du collège s'avéreront petits pour accueillir tous ces élèves, parents et enseignants qui tenaient à offrir au Seigneur leurs intentions personnelles par l'intermédiaire de Sainte Thérèse. Un message à retenir et à faire passer :

« Tu n'as qu'une seule vie, ne la gaspille pas. Utilise-la pour servir li Seigneur, et tu ne seras pas déçu. »

mercredi 22 avril 2009

En Février, pas de ski, pas de vacances, une kermesse….

Vue du coté de la direction

Le calme est revenu. Je suis en train de préparer la kermesse de l'école. C'est un grand bazar, car c'est le comité des élèves qui l'organise... et c'est l'occasion pour eux de faire un projet qui peut rapporter beaucoup d'argent (avec 2600 élèves et leurs familles) croient-ils.

Tous les ans il y a une semaine sans cours au Cameroun dite "fête de la jeunesse". Tous les établissements organisent à ce moment-là leur kermesse (Nous on en profite pour les mobiliser 2 jours dans cette semaine par des examens généraux dits "mini-session" mais on est les seuls dans Yaoundé...),

Pour que la kermesse attire du monde il faut trouver le moyen d'en attirer le plus possible... Les artistes invités et les jeux coûtent chers à mettre en place, les 15 élèves du comité (élus au début de l’année par leurs pairs) parcourent la ville pour faire de la pub pour leur kermesse et leur soirée clandestine dans des lieux malfamés de la ville.

Mais en fait tous les ans ils y sont de leur poche. On essaie, en vain, de le leur faire comprendre qu’un spectacle organisé par les jeunes du collège, des jeux simples mais attractifs sont suffisants.

Ils ont l'âge de leurs artères et ils ne veulent rien entendre, comme les autres ils pleureront (le déficit est constaté chaque année). Pour nous, il faut veiller à ce que tout soit bien sécurisé et que les caisses soient centralisées par des gens honnêtes !!!. L'ambiance y est paraît-il excellente et tout le monde vient... Une autre façon de rencontrer et d'encourager les élèves...

Vue du coté des élèves

La kermesse est l'activité phare des jeunes scolaires pendant la semaine de la jeunesse. Le collège Vogt n'échappe pas à cette heureuse tradition. Après la mini-session, entendez par là évaluations intenses, qui s'est achevée le vendredi 7 février, le travail a cédé la place à la fête et au divertissement. Pendant deux jours, réunions, coups de fils, banderoles, aménagements ... tout va être mis en oeuvre par le service des activités peri-scolaire et la coopérative pour accueillir la kermesse le lundi 9 février !

En réalité, tout commence le vendredi 7 ; les élèves à la sortie des salles d'examen, assistent au défilé des campagnes de propagandes des différentes kermesses de la ville. Ils comprennent tout de suite que le ton est donné ! Il faut faire la fête ! Ce lundi 9 février est un jour peu ordinaire pour la plupart des vogtois, surtout ceux des classes de sixième qui pour la première fois vont assister à leur première kermesse.

Dès 9h on remarque déjà quelques visages heureux de se retrouver au collège sans uniforme. Malheureusement, ils seront très vite stoppés au portail, car à l'intérieur rien ne signalait la présence d'une kermesse ce jour ; à l'exception de quelques affichettes collées à deux ou trois endroits qui donnent les modalités d'accès et d'acquisition des stands. Ce n'est que vers 12h que le décor commencer à prendre l'allure d'une scène de kermesse ou plutôt d'un petit marché ! Car dès l'entrée au coeur du collège, on est accueilli par des vendeurs de soya, juste à leur droite les vendeurs de barbe à papa, chips, pâtisserie et dans la grande cour les vendeuses de boisson ! Le grand podium quant à lui restait encore muet avec des instruments d'orchestre posés ici et là !

Mécontents d'avoir passé plus de deux heures à attendre à l'extérieur, la plupart des élèves regrettaient, après une trentaine de minutes d'être entrés ! Pas de jeux, aucune attraction, seuls quelques garçons pouvaient se divertir devant les jeux vidéo installés dans les salles de classes. Un film avait été annoncé, aurait-il lieu ? Certains se posaient des questions, car on ne remarquait aucune disposition. A cet effet, ce n'est que vers 14h que ce film sera lancé avec une dizaine de spectateurs. C'est aussi à cette heure que s'achève l'installation des tentes dans la grande cour.

Néanmoins, des élèves de plus en plus nombreux, se laissent entretenir sur le podium par des artistes confirmés et les artistes en herbes. Des ballets traditionnels aux danses hip hop du club danse, en passant par des sketches du club théâtre et les démonstrations du Taekwondo, tout était enfin parti pour une kermesse animée. Les artistes invités ne s'y prendront pas par quatre chemins pour élever la température : Kaiser Show, .... Tous étaient là !

L'entrée du stand mooving était vite prise d'assaut par les danseurs amateurs de 6e, 5e et 4e, même certains élèves de 3e qui y trouvaient leur compte. Il faudra d'ailleurs une action énergique du Vice-principal pour éteindre certaines velléités des élèves mal intentionnés qui voulaient profiter de la situation... (ne me demandez pas laquelle)

C'est sûrement bien essoufflé qu'il ordonnera, presque prématurément, au DJ de mettre fin à cette matinée qu'il avait bien animé. C'était l'heure pour l'artiste TSIMI TORO, l'homme du "katéré". Il faudra le soutien de la police et celui de toute la sécurité du collège pour contenir la forte pression du public dont certains, dans "le merci" devenu national, tenaient aux aussi à faire valoir leur "katéré" !

La boucle sera bouclée à 19h sans l'ombre du Président de la coopérative sûrement occupé à préparer la soirée dansante que le comité organisait ce soir la même au Lions Club !

D'une manière générale, la kermesse s'est bien déroulée. Seulement la boisson coûtait trop cher et il n'y avait pas d'attractions, ni pour les plus jeunes, ni pour les grands. Vivement que l'année prochaine on rende la kermesse attractive !

dimanche 12 avril 2009

Honneur à mes prédécesseurs !

Je mesure, en étant sur le terrain, l'héroïsme des missionnaires qui ont permis aujourd'hui de voir fleurir cette église débordante de chaleur de Foi.

Mais le travail n'est pas fini loin de là, Benoit XVI était là pour nous le rappeler. L'engagement baptismal souffre d'un cléricalisme qui obstrue quelquefois sa route...

Je mesure le chemin fait en France lors de ces 20 dernières années... Et, même si je suis époustouflé et heureux de voir autant de monde dans nos églises et nos rassemblements, je ne peux m'empêcher de m'interroger sur la solidité de cette présence, liée souvent à une réalité sociale pas forcement évangélique.

Pour cela mes cinq années de pastoral en campagne et de coopération avec de formidables laïcs engagés me montre un peu quelques directions que j'essaie de distiller ici.

lundi 6 avril 2009

Visite du secrétaire à l’éducation (SEDY)

Le mercredi 28 janvier,

Le collège Vogt a eu la visite du Secrétaire à l'Education de l'Archi-diocèse de Yaoundé. Cette visite se situe dans le cadre de la tournée annuelle des établissements placés sous sa tutelle. L'occasion pour son équipe et lui de s'enquérir des réalités du fonctionnement et des problèmes que rencontrent le personnel, les élèves et les parents.

La visite au collège Vogt était loin d'être une visite simple car se situant aux lendemains de la proclamation du classement des établissements d'enseignement secondaire par l'office du Baccalauréat du Cameroun, où notre collège a eu le mérite d'occuper le premier rang. Tous l'avaient compris : la forte délégation qui l'accompagnait, le personnel et les élèves du collège. Rien n'était laissé au hasard. L'émotion était à son comble, même la jeune hôtesse chargée de remettre le bouquet de fleur avait oublié son récit !

Après avoir remercié le Seigneur et lui avoir confié la visite par des chants de louange et la prière, l'honneur reviendra à la fanfare de procéder à l'exécution de l'hymne national.

Dans son discours de bienvenue, la Père principal présente la joie de toute la famille vogtoise de recevoir la visite de son Berger et surtout la joie de lui offrir cette première place comme fruit du travail qui est fait ici au collège Vogt.

Le SEDY quant à lui ne retiendra pas ses mots pour souligner la qualité de la réception et féliciter tout le personnel, les parents et les élèves du collège pour le bon travail qui se fait à Vogt. Disait-il, le collège Vogt est une fierté pour notre Eglise. Il conclura son propos par une invitation à tenir bon et même à améliorer ces résultats !

La visite se poursuivra dans la bibliothèque par un tête-à-tête avec le corps administratif et professoral, au cours duquel chaque responsable du collège devait présenter son rapport d'activités. Nous n'y étions pas. Mais nous sommes sûrs qu'il était satisfait du fonctionnement du collège : une chose entraînant l'autre !

C'est sûrement autour d'un verre que s'achèvera cette séance de travail avec pour les uns le sentiment de satisfaction et pour d'autres l'ambition de faire encore mieux !

Nous serons encore très heureux Monsieur l'Abbé Secrétaire de vous accueillir l'année prochaine avec des résultats encore meilleurs. Que Dieu nous garde !

Article d’un élève tiré du journal du collège

DES TALENTS Cachés Au collège

Le collège Vogt est un établissement d'une grande renommée. Il est " surtout connu grâce aux hauts Responsables de notre pays qu'il a formé. Les produits de Vogt qui intègrent facilement les grandes écoles africaines ou européennes sont appréciés par leurs résultats. Ceci nous amène à croire que Vogt est vraiment le meilleur établissement au Cameroun voire même en Afrique. Les études ne constituent cependant pas le seul motif de fierté des vogtois. Ils sont pleins de talents ! Tenez par, exemple :

Le lundi 19 janvier 2009 a eu lieu un rassemblement particulier, je voudrais dire : grandiose. Car tous étaient là : administration, personnel enseignants ou non, fanfare, orchestre, chorale… On célébrait notre première place. Tour à tour, le Principal, le Président du personnel, le Président des parents et le Président des élèves ont pris la parole pour nous féliciter pour ce bon travail car c'est grâce à notre dur labeur que nous sommes arrivés à cette place, en nous invitant à ne pas nous prendre la tête et à continuer à travailler pour améliorer ces résultats. La fin de chaque discours était marquée par un intermède musical, l'occasion pour nous de remarquer les talents cachés de notre collège. C'est ainsi qu'un membre de l'orchestre a mis le collège dans une "atmosphère chaude" en interprétant If I were a boy de l'artiste américaine BEYONCE ; on croirait entendre la chanteuse en personne ; et d'autres chansons telles que Chilo de Gaël.

Les collégiens étaient très heureux de ce changement. Il a permis à certains de se détendre et de montrer qu'ils avaient beaucoup de talents. Dans cet entrefilet, vous pouvez constater que pendant ces quelques minutes d'animation, les encadreurs et les élèves ont eu la chance de découvrir, d'écouter et d'apprécier les vedettes cachées de notre collège. Ce sera l'un des meilleurs moments du collège cette année. Nous souhaitons d'ailleurs qu'en dehors des kermesses et du Noël vogtois, on organise de temps en temps de telles prestations, ça ferait un autre bon souvenir du collège à rajouter à nos aînés de Terminale qui s'en vont cette année.

Article d’un élève tiré du journal du collège

L'INEXPLICABLE INDISCIPLINE DES VOIGTOIS

Le collège Vogt est un établissement catholique. Les vogtois y reçoivent à cet effet une pleine éducation grâce aux encadreurs qualifiés et compétents mis à leur disposition. Mieux que les autres élèves, ils bénéficient des cours d'éducation à la citoyenneté, d'intégrité, de religion et d'Education à la Vie et à l'Amour (EVA). Ils ont la grâce d'avoir au moins une messe chaque jour... En plus, ils prient au moins trois fois par jour. Des semaines d'évangélisation, des pèlerinages sont organisés tout au long de l'année. Tout cela est initié pour leur donner une formation solide et complète et ainsi éviter tout comportement négatif.

Mais on a l'impression que cela ne sert à rien. Il est observé par exemple l'insolence et le mépris envers les aînés même envers les professeurs. Ils sont nombreux les parents qui avouent être dépassés par l'attitude et le comportement peu désirable de leurs enfants à la maison ; les enseignants qui ne cessent de se plaindre des élèves qui ne font pas leurs devoirs ; des élèves de plus en plus paresseux ; les surveillants fatigués d'enregistrer les punitions, les retenues, retards... Les conseils de discipline se tiennent maintenant chaque semaine... Ne parlons même pas des élèves qui se décapent ou qui affichent des comportements pervers. Nous avons encore en mémoire une certaine vidéo qui circule dans des portables pourtant interdits au sein du collège, la fameuse histoire de la 3eD, des élèves en possession des documents immoraux... Le vol n'est plus considéré comme un délit. On vole à la maison, en classe, au kiosque, partout ! Qu'est-ce qui ne va pas ?

Qu'est ce qui pourrait expliquer cette indiscipline ? Pourquoi les vogtois ont-ils, de plus en plus, un tel comportement négatif ? Eux qui autrefois étaient pris en exemple. Ce sont là des questions auxquelles nous cherchons tous des réponses.

Peut-être une absence d'éducation familiale ? Il n'est pas compris qu'un enfant bien éduqué soit aussi insolent, impoli, etc... Ce pourrait être aussi les mauvaises compagnies du quartier ou d'ailleurs ? La télé ou l'internet ? Peut-être alors un malin plaisir pour certains d'être indisciplinés, de se faire remarquer, une volonté de nuire ? Les responsables de la discipline du collège devraient être plus rigoureux ?...

Une nation ne peut se construire qu'avec des hommes vrais, honnêtes et responsables. Vogtois ou Vogtoise, j'espère que tu as bien lu et que tu le comprends bien. La réponse ne peut venir que de toi, la résolution ne peut venir que de toi. Autant le Seigneur nous a donné, autant il nous demandera des comptes ! Essaie de chercher ce qui ne va pas (ton entourage ? Ton éducation ?...) et corrige ton erreur au plus vite. Le plus tôt sera le mieux, ne l'oublie jamais ou tu pourrais le regretter. Nous comptons sur toi.

Article d’un élève tiré du journal du collège

samedi 4 avril 2009

Moins fort que Barack Obama !!!

« Vous comprendrez sans doute ma désolation en vous rendant compte que le supplément régional ne figure pas dans la parution de ce matin. J'en suis tout aussi navré que vous. L'actualité forte étant dominée par l'investiture du quarante quatrième président des Etats Unis, notre journal a cru bien faire d'accorder tout un dossier sur Barack Obama. N'étant qu'un simple journaliste qui fait le travail qu'on lui a recommandé, ce n'est pas à moi que revient le dernier mot. J'ai rempli ma mission. Je ne sais pas si la page de la semaine prochaine reviendra sur le sujet. Mais vous avez au moins en votre possession une copie de l'article. Faites en bon usage. » Christian TCHAPMI Journaliste

Et voici l’article qui ne consacrera pas ma carrière dans la presse écrite camerounaise mais vous donnera un regard sur le travail accompli. Je suis quand même passé à la télé, au 20h national !! J’espère en avoir une copie pour que vous voyez mon heure de Gloire

Société – Education Lauriers A l’issue du classement officiel des lycées et collèges de l’année 2008, l’établissement privé s’est taillé la première place du tableau. Pourquoi Vogt est toujours 1er de la classe ?

L’office du baccalauréat, en rendant public dans les colonnes du quotidien gouvernemental Cameroon Tribune du 13 janvier 2009 le classement officiel des lycées et collèges, n’a pas surpris grand monde en hissant le collège Vogt « au sommet » de sa liste. Le public, les élèves, les parents, et même les dirigeants dudit collège s’y attendaient en tout cas. «Ce n’est pas nouveau. C’est une place qu’il mérite.» a-t-on entendu dire. D’ailleurs la devise : «Ora et Labora» (prière et travail), en dit long sur les clés de la réussite de ce collège de deux mille six cent cinquante élèves. Mais «c’est surtout l’assiduité des élèves, la détermination dans le travail scolaire, la coopération des parents et le dévouement du corps enseignant chaque année qui constituent le ciment de la réussite de Vogt», explique frère Arnaud, le vice principal.

Les cours débutent à 7heures 30, et s’étendent jusqu'à 16heures. Ceci du lundi au vendredi. Il y a un contrôle de connaissances chaque semaine en général le samedi. Les élèves sont, à cette occasion, soumis à des tests dans toutes les matières. Question pour les enseignants de «jauger, d’apprécier le niveau et de s’assurer que les leçons ont été bien assimilées».

Les mercredis après midi sont consacrés aux activités post et péri scolaires. Musique, peinture, chants, sports,… sont quelques-unes des activités auxquelles les élèves sont initiés. «Nous tendons à joindre l’utile à l’agréable tout en gardant l’esprit scolaire. Nous anticipons sur les choix futurs de l’enfant. Chacun porte en lui une richesse et c’est ici l’occasion de l’éclore», explique Hippolyte Bona, enseignant d’éducation physique et sportive.

Même la discipline, que beaucoup considèrent comme un élément fondamental dans le processus d’éducation des élèves à Vogt, n’est en réalité qu’«un moyen qui permet d’entrer dans un projet éducatif. En les disciplinant, nous amenons les élèves à être conscients de toute leur potentialité (humaine, religieuse et scolaire)», ajoute frère Arnaud.

L’admission au collège Vogt est conditionnée par un concours. Contrairement à ce qui se murmure dans les chaumières, «Vogt n’est pas « le collège des enfants des riches». Nous accueillons des élèves venus de toutes les classes sociales. C’est d’ailleurs cette diversité qui devient une richesse car ces enfants se côtoient, travaillent ensemble et se complètent. Les années qu’ils passent ici forgent leur identité», précise frère Arnaud.

Le corps professoral est formé, mais surtout «dévoué à l’enseignement. Ils aiment ce qu’ils font, ils savent bien s’y prendre avec les élèves et ils font beaucoup de sacrifices pour conduire ceux-ci sur la voie du succès», vante un surveillant de secteur. L’aspect hygiène entre aussi en ligne de compte au collège Vogt. Il suffit de faire un tour dans la grande cour pour s’en apercevoir. Des bacs à ordures, offerts par les brasseries du Cameroun bornent chaque allée, des fleurs, du gazon, des bancs publics et quelques palétuviers rendent l’établissement agréable à l’accueil. C’est que «nous nous efforçons à inculquer à nos élèves le sens de la propreté car c’est dans un environnement sain qu’ils ont l’envie et la latitude de mieux étudier», souligne un agent d’entretien.

Malgré cette consécration, les dirigeants du collège Vogt ne se bombent pas le torse. Au contraire, ils l’accueillent avec modestie. «C’est plutôt un devoir pour nous de continuer. Le plus important ce n’est pas d’être premier. Notre souci, c’est de voir tous les élèves réussir», explique le vice principal.

dimanche 29 mars 2009

L’économie camerounaise face au séisme international.

La crise, nous la connaissons depuis 15 mois. Elle touche l'essentiel chez les gens ici. Les demandes d’aide les plus courantes sont pour l'électricité, la nourriture, la scolarité des enfants etc... Tout a augmenté de manière exponentielle, sauf les salaires. Notre diocèse est en faillite grave...cela pèse sur nos décisions...

Du coup la crise que vous connaissez devrait nous ébranler de manière encore plus grave, certains des "robinets" de fonds ou de donateurs européens étant en stand bye... Or l’économie est dépendante de l’occident pour des tas de structures communautaires importantes qui favoriseraient son développement (routes, bâtiments, structures énergétiques). Si cette crise perdure, les inégalités vont devenir de plus en plus infamantes. Ce qui est en jeu ce n’est pas la stabilité financière mais la paix.

Au delà de ce pessimisme terrible il y a chez les gens d'ici une espérance hallucinante qui s'adapte à toute chose. Cela ne favorise pas le rationalisme mais donne de l'espoir pour que l'écroulement des économies occidentales qui se dessine ne nous affecte pas dans les mêmes proportions.

Quand on n'a plus rien, tout perdre est moins grave que quand on a encore quelque chose. C'est notre raison d'espérer.

lundi 23 mars 2009

Nouvel an : des queues au confessionnal…

Nous avons, avec les frères et plusieurs amis proches, organisé une grande semaine autour du 1er janvier, un peu semblable aux JMJ. Le temps s’y prête car nous sommes en période sèche. Les journées sont très chaudes et la nuit permet de profiter un peu du décalage de température que nous pouvons assimiler a de la fraîcheur.

Depuis cinq ans, à cette époque, un de nos frères porte le projet, dans le stade de Yaoundé, d’un grand rassemblement de gens qui prient, louent, reçoivent un enseignement et fortifient leur foi. L’aventure est née il y a 5 ans où nous nous sommes aperçus que beaucoup de sectes proposent leurs produits à partir de grandes manifestations.

Or l’Eglise catholique restait souvent dans ses murs et ne formait les personnes que par le biais des paroisses très vivantes mais en régime un peu clos. Beaucoup ne pouvaient pas atteindre le message évangélique. Soit parce que leur milieu familial ne leur permettait pas de rencontrer des chrétiens, soit parce que la peur engendrée par les langages sectaires ne permettait pas une rencontre franche et objective.

confession.jpg

La réputation de cette manifestation faite de louange et d’enseignement n’est plus à faire et pour la clôture le soir du 31 nous étions plus de 10 000 dans une ambiance festive dont je n’ai pas pu beaucoup profiter car je devais … confesser sans arrêt.

Ça c’est du passage à la nouvelle année !

lundi 16 mars 2009

La visite à l’ouest

Les chefferies :

chefferie_et_foret_sacree.jpg Les villages de ce coin du pays sont gouvernés par des chefferies traditionnelles. C’est une organisation sociale qui repose à la fois sur une autorité morale, celle du chef ou du roi, et politique, celle de ses conseillers et de l’administration. Elles se déroulent sur des lieux de paroles et d’échanges très typiques avec des tenues significatives et des rites d’initiations particuliers.

Chaque chefferie possède donc son « Agora » plus ou moins riche et touristique, son musée de vêtements et objets traditionnels, dont l’usage a encore cours dans les cérémonies.

Au pays des musulmans : La religion musulmane domine ici ; donc, à la place des petites églises de campagne on a des petites mosquées de campagne… C’est étrange et rigolo. Les rapports entre communautés religieuses ne sont pas violents. Nous avons même rencontré quelques personnalités musulmanes très ouvertes. La culture d’ici ne nie pas du tout l’existence de Dieu comme les mauvais laïcs de chez nous. Les rapports ne sont donc pas gâchés par la peur de l’autre (sauf évidemment avec les sectes) mais par un vrai respect.

Chacun est « homme de Dieu » avec ses convictions. Nous, français si fiers de nos « libertés religieuses », nous aurions à apprendre de ce laïcisme-là !!!

Nuit de noël chez les cisterciens et jour de Noël au village : L’avantage de ne plus être curé de paroisse et de ne pas avoir de charge pastorale locale est que l’on peut aller voir chez les autres comment ils font. Nous avons fait les deux extrêmes : d’abord la nuit monastique cistercienne avec des mélodies portant la présence silencieuse et fidèle des frères, puis le lendemain nous avons rejoint l’église en construction d’un village.

Tous étaient là, 40 enfants surveillés par un catéchiste, les papas, les mamans, les anciens, les catéchumènes. Chacun habillé avec de superbe pagne de circonstance. Dans une crèche, disparate et pas finie comme l’église qui nous abritait, faite de bric et de broc, l’enfant Jésus était représenté par une poupée de sexe féminin aux dimensions disproportionnées. Mais en dehors de l’exotisme climatique (pas de froid, ni de neige !) je n’ai pas vu de tradition typique.

Voir la vidéo de la messe de Noël dans l'est du Cameroun

dimanche 8 mars 2009

Je suis sorti du collège !!!!

Le 19 décembre….Après 13 semaines… 6 jours par semaine, 7h par jours ouf, (et en France on parle d’une semaine scolaire à 4 jours !!!)

embleme-college.jpgVoilà des jours qui s’annoncent avec plus de calme. Les enfants nous ont quitté après un dernier jour mémorable pour moi… C’était la remise de prix qui couronnait ce trimestre. Chaque enfant méritant repartait avec un prix : un livre soulignant un effort particulier (comme au bon vieux temps quoi !). Tous les enfants bien sûr étaient allés à la messe de niveau, puis chaque classe a fêté ses résultats selon la manière qu’ils désiraient, repas, match de foot, ou simplement rencontre autour du titulaire. C’était très familial comme ambiance et très réussi.

freres-footballeurs.jpgLe collège vide a vu apparaître alors de drôles de sportifs à majorité blancs, mais pas tous, qui venaient prendre possession des terrains qui, pour une fois, étaient vides Il s’agissait des frères. Votre serviteur, vous vous en doutez, n’a pas pris part à ses joutes fraternelles autour d’une balle mais a il joué les reporters photos…

DSC01364.jpgLes vacances de Noël ont pu me dégager un peu de temps pour me mettre en dehors du collège. Nous avons été dans l’ouest du Cameroun. C’est étrange comme différence avec la région de Yaoundé. On passe de la forêt à une région faite de collines et de quelques champs cultivés. Pour la Flore, on retrouve dans ces paysages des images alpines, car il y a même des sapins qui côtoient des bananiers !

La région est plus belle et touristique qu’à Yaoundé, d’autant que le climat un peu plus frais permet de mieux profiter de la nature. Mais pour la faune rien de nouveau encore : des vaches, des poules et des chèvres. Au Nord du pays il y a, paraît-il, plus d’exotisme en ce domaine.

vendredi 20 février 2009

Et la crise pour nous ???

La misère que j'approche chaque jour un peu plus est impressionnante... c'est une leçon d'humanité de voir ces hommes et ces femmes garder leur dignité avec si peu de moyen et un avenir incertain. Nous sommes vraiment des gros nantis...

Ici c'est la crise depuis de 8 mois, les augmentations touchent les produits de consommation basiques ; les salaires ne sont plus versés dans bien des cas. L’emprunt non remboursé est un fléau qui ruine l’économie presque autant que la corruption. Voilà le tableau ; Je confirme de plus en plus mon analyse internationale. Les exigences du confort occidental vérolent complètement les économies déjà exsangues des pays pauvres. C'est peut-être basique comme réflexion mais je n'en vois pas d'autres...

direction_Yaounde.JPG Je visite en ce moment un jeune, paralysé depuis 8 ans, à cause d'un accident de foot. Personne ne peut lui faire de soin (trop cher), le nourrir (il ne rapporte rien), ni s'occuper de lui. Il vit donc dans un des quartiers de Yaoundé en terre battu dans une maison en torchis mal aérée, avec comme toit une tôle ondulée qui décuple la température quand le soleil tape et le bruit quand les pluies diluviennes tombent !!!! Sa seule joie c'est de pouvoir mouvoir ses trois doigts encore valides pour regarder la TV quand quelqu’un lui a payé la redevance...

Face à cette crise on ne parle pas encore d'émeute... (il y en a eu il y a 6 mois à Douala et en Conakry chez les frères) mais le climat est tendu, les agressions sauvages et de plus en plus fréquentes en ville. Nous sommes encore très protégés au prieuré et au collège (une de nos préoccupations du moment c'est de trouver un projecteur vidéo pour passer des films éducatifs aux enfants et aux internes : donc il y a plus grave comme souci)....

Nous sommes privilégiés au collège, les inégalités sont pourtant grandes. Nous constatons que certains enfants ne mangent pas toujours assez à midi pour avoir l’argent pour retourner chez eux en transport en commun (taxi), et dans le même temps d'autres fêtent leur anniversaire en classe pour leurs camarades avec l’équivalent du salaire de certains papas...

samedi 7 février 2009

La première gaffe du vice principal…

Je m'acclimate au temps comme à la fonction. Ce n'est pas gagné d'avance. Pour preuve ma dernière bourde historique... :

Nous étions partis avec n°1 (le principal du collège qui est aussi un frère) pour la célébration du 11 novembre au monument Leclerc. Nous étions placés dans les officiels... Nous sommes arrivés par une petite porte juste au début, alors que tout le monde piétinait depuis une heure en attendant l'ambassadeur et une autorité ministérielle locale.

Pendant la parade, n°1 m'explique qui sont toutes les personnes et il me désigne un groupe de trois personnes avec une blondasse au centre. Il me dit que le gars à côté de la blondasse était prêtre, Je lui fait la remarque qu'il n'a pas de croix sur son costume civil ; il acquiesce et poursuit les présentations à distance.

Après la cérémonie, tout le monde se congratule et la personne, que j'avais vu à côté de la blondasse, s'approche. Tout fier de moi je lui fais un magnifique « bonjour "mon père" »... Oui, le problème c'est que ce n'était rien d'autre que le consul de France au Cameroun... Il a avalé son chapeau d'énarque et de représentant de Sarko...

En fait quand n° 1 m'a présenté le groupe de trois personnes, lui, il regardait la personne à droite de la blondasse (qui était effectivement prêtre sans signe distinctif) et moi la personne de gauche, qui n'était rien d'autre que le consul...

Bon, vivent les blondes... et les blonds...

J'ai rattrapé le coup en allant m'aplatir à l'ambassade devant l'ambassadeur et ses sbires... L'ambassade est fort laide d'ailleurs...

samedi 31 janvier 2009

Exotisme

Je n’ai pas encore vu d'animaux très exotiques sauf les gros lézards qui pullulent partout et quelques araignées, moustiques et gros moustique-_-araignee.jpg cafards… Ce sont surtout les plantes et les fleurs qui sont exotiques et nouvelles pour moi. Que de variétés de couleurs de formes et de senteurs. plante.jpg Pour le reste il fait chaud même en décembre… je m’habitue peu à peu à ce climat constant (il fait toujours chaud… la variation climatique concerne l’humidité). Le temps devient plus chaud et sec vers fleurs.jpg Janvier février. Il faut que mon corps s'adapte mais pour le moment il est assez docile : pourvu que ça dure. J’aime dire à ceux qui me posent la question en France que je peux me baigner quotidiennement dans une piscine de 50 m. de long, juste à côté du prieuré.

mercredi 28 janvier 2009

Fondation du diocèse de Yaounde

Malgré l’activité assez intense de chacun et des emplois du temps chargés, les frères se réservent un samedi par mois pour se retrouver. Nous en profitons pour mieux approfondir la culture de ce pays. fondation-eglise-au-camerou.jpg L’autre jour nous sommes partis nous balader dans un coin très curieux à 35 Km de Yaoundé. Les missionnaires du début du XX° avaient anticipé le développement de la capitale dans ce coin de forêt. Ils ont donc construit une énorme cathédrale perdue dans la brousse… en vue de l’évangélisation et elle l’est restée… car le centre de la ville émergea à 40 Km de là !

ballade-des-freres-_7_.jpg C’est très étrange de voir sortir ce paquebot de la forêt. Aujourd’hui c’est devenu un centre d’accueil qui essaie de maintenir les lieux, mais vous imaginez la difficulté. Là encore le grand dynamisme de Foi des Camerounais permet, vaille que vaille, de garder vivantes ces pierres et de maintenir là un lieu de culte ouvert et fervent.

balade-musee-_6_.jpg La région de Yaoundé n’est pas très riche en vestiges ou en lieux culturels vivants. Nous avons visité un musée qui retrace l’histoire des coutumes du pays. Il y a là de bien belles choses. Nous devons partir à l’ouest du pays à Noël quelques jours et retrouverons là-bas une partie de ces richesses emprisonnées dans les vitrines d’un musée dans leur lieu de vie normale….

samedi 24 janvier 2009

Une fin d’année bien mouvementée

Je passe beaucoup de temps, en fin de trimestre avec une vingtaine d’élèves qui ont besoin de plus d’aide, soit scolaire soit disciplinaire. Ils ont fini un trimestre exténuant !!

Nous avons eu une vraie remise de prix avec diplômes, cadeaux, encouragement et même réprimandes (glups !!)… J’ai remis les fameux « livres de prix » dont on trouve trace aujourd'hui chez les bouquinistes et dans les armoires de nos grands-mères.

Le temps me manque toujours pour écrire aux uns et aux autres, mais je vais essayer de me rattraper pendant les 15 jours de vacances qui s’annoncent.

L'accoutumance climatique, la découverte d'une culture, la soif religieuse, les incohérences quotidiennes sont autant de défis pour l'ex pauv'petit curé de campagne... En dehors de la prédication des messes je n'ai pas beaucoup d'apostolat à proprement parler pour l'instant. messe.jpg

La foi des gens est ici très présente mais manque sans doute de maturité en ce sens que les camerounais sont beaucoup plus consommateurs qu'acteurs. Il y a un enjeu pastoral éducatif que mes années cognaçaises enrichissent fortement.

evangelisation-.jpg Nous avons organisé ce trimestre, sous la conduite de notre évêque, une semaine d'évangélisation dans le collège et j’ai pu mesurer auprès des jeunes le travail à accomplir face à la fragilité de leur engagement de Foi. Le monde les absorbera tout cru si on ne leur donne pas des moyens effectifs pour s'engager dans la vie pastorale loin des doctrines moralisantes sur le sexe, les forces du mal et les sectes que l'on sert partout ici...

vendredi 16 janvier 2009

Benoît XVI va venir chez nous au Cameroun en mars !!!

Lorsqu’il est venu en France, Benoît XVI a beaucoup regretté que je ne sois pas là pour me saluer… du coup nous nous sommes joints et il m’a promis d’organiser son emploi du temps pour venir boire une bière au quartier !

avec-pere-Arnaud-_.jpg

Sérieusement, il a programmé de venir du 17 au 20 mars 2009. Cela va être incroyable ; c’est la première fois qu’il vient en Afrique et il honore le Cameroun de sa présence, Quelle fête ! Son emploi du temps bien rempli est déjà soumis à de multiples tractations.

Au collège nous avons beaucoup de fils de ministres et de hauts fonctionnaires ; l’autre jour, l’enfant du responsable du gouvernement chargé de l’organisation du Saint Père, a été traduit en conseil de discipline ; les parents sont toujours convoqués, alors, en compatissant sur son garnement, j’ai essayé de glisser un mot au papa pour nous permettre d’approcher le Saint Père (ce sont les avantages en nature de la charge) mais je ne crois pas qu’il pourra faire grand-chose.

Avec le décalage du courrier, j'ai reçu en fin d'année seulement les revues qui relataient le voyage du Saint Père, avec les photos et les textes : quelle densité et quels témoignages ; rien n'est perdu pour la France. Puissions nous, nous aussi, nous montrer digne d’un tel évènement.

samedi 10 janvier 2009

Des nouvelles de nos jeunes

Lorsque mon emploi du temps se dégonfle un peu j’essaie de faire progresser le projet des jeunes de la paroisse de Cherves pour cet été. Ils se démènent énormément pour gagner l’argent nécessaire à leur départ.

Ils se réunissent régulièrement pour faire le point et ont été mobilisés pour animer les célébrations du 11 novembre ; pour Noël, la plupart ont passé de grands moments à emballer les cadeaux dans les supermarchés. Un paroissien les précédera en juin pour m’aider à préparer le chantier.

soeurs.jpg Il s’agit d’aller soutenir l’école (alphabétisation et construction) que tiennent nos sœurs à Batouri. Ils rejoindront des coopérants déjà sur place et leur permettront de donner une vraie maturité chrétienne à leur projet humanitaire. Ce sera aussi une expérience riche de coopération avec les habitants.

carte_cameroun.GIF Nous cherchons actuellement les billets d’avion les moins chers du marché. Je ne désespère pas de trouver un prix raisonnable, mais ce n’est pas gagné car le départ se fera en pleine haute saison ; c’est nécessaire pour que leur enveloppe financière corresponde à notre projet et que nous ne soyons pas obligés de repousser à l’an prochain. Priez pour cela.

Notre association se nomme désormais ASEP, version officielle administrative : Association Entraide, Service et Partage, Version officieuse pour nous : Association Evangélisation, Service et Prière. Les statuts vont bientôt être entérinés au Journal Officiel. Votre aide nous sera précieuse pour l’achat sur place de matériaux d’entretien.

- page 1 de 2